Comment devenir détective privé ?


photo par Vek Labs

Profession mystérieuse et mystifiée, le détective privé est souvent imaginé comme un homme toujours dans l’ombre, caché par son imperméable et son chapeau. La réalité est bien différente, pas de journaux troués pour espionner dans un parc ni de bouteille de whisky (en tout cas pas pendant le travail).

La profession a été règlementé par la loi de 2003, dite « loi Sarkozy », et est régie par le CNAPS (Conseil National des Activités Privées de Sécurité) depuis 2012, année d’instauration d’un Code de déontologie. Cette règlementation a notamment régulé la profession avec l’obligation de l’obtention d’un diplôme, d’un agrément et d’une carte professionnelle (à cela s’ajoute une autorisation d’exercer pour les sociétés).

Mais alors comment devenir détective privé ?

Il existe aujourd’hui en France 4 cursus possibles pour obtenir le diplôme :

  • Diplôme d’Université d’enquêteur privé dispensé par l’Université Paris II Panthéon-Assas. En savoir plus…
  • Licence professionnelle mention agent de recherches privées dispensée par l’Université de Nîmes. En savoir plus…
  • Diplômes CQP et TITRE dispensés par l’IFAR (Institut de formation des agents de recherches privées). En savoir plus…
  • Diplômes CQP et TITRE dispensés par l’ESARP (Ecole supérieure des agents de recherches privées). En savoir plus…

A savoir : il faut différencier le CQP, permettant de travail en tant que salarié, du TITRE, permettant de gérer une agence.

Quelles sont les qualités nécessaires pour exercer ce métier ?

Cette fois ci, les idées reçues trouvent leur lot de vérité. Oui un détective doit être curieux, mais pas forcément comme on l’entend. Il faut être curieux notamment de l’évolution de la loi qui détermine les contours de notre profession et de nos interventions.

Honnêteté, patience et réactivité sont également indispensables.